Le premier Colloque BiodiverSanté

27 MAI 2016

Revoir les présentations

Quand le jardin devient thérapeutique

Découvrez la santé grandeur nature

En savoir plus

Un nouvel hôpital en 2022

Sur un site de haut intérêt biologique à Gilly

Le terrain des Viviers

Préserver les crapauds calamites

L’objectif des premiers travaux sur le terrain des Viviers

En savoir plus

Une initiative conjointe

Grand Hôpital de Charleroi – Gembloux Agro-Bio Tech

Un projet commun

L’initiative

En 2022, un tout Nouvel Hôpital regroupant l’activité de cinq des six sites du Grand Hôpital de Charleroi ouvrira ses portes sur le terrain des Viviers, à Gilly. Ce terrain, un vaste parc vert et boisé de plus de 17 hectares, compte une importante biodiversité.

Le maintien de cette biodiversité est devenu une priorité pour le GHdC : les premiers travaux du Nouvel Hôpital, effectués sous la supervision de la faculté Gembloux Agro-Bio Tech (Université de Liège), visent à assurer la préservation des espèces sur le site. Mais plus loin encore, les deux institutions réfléchissent et travaillent déjà au développement de la biodiversité afin de la valoriser en tant qu’atout thérapeutique et d’offrir aux patients et aux visiteurs tout le bénéfice d’un environnement naturel, sain et ressourçant.

Convaincus que santé et biodiversité ont un avenir commun, le Grand Hôpital de Charleroi et Gembloux Agro-Bio Tech unissent leurs expertises au nom de la BiodiverSanté.

Le 27 mai 2016, les deux institutions organisaient le premier colloque du même nom, laboratoire de réflexion sur le maintien de la biodiversité, les bienfaits de celle-ci sur notre santé, et sur la façon d’articuler au mieux ces deux notions pour prodiguer des soins complets et optimaux aux personnes malades dans le respect de l’environnement.


Le Grand Hôpital de Charleroi

Le Grand Hôpital de Charleroi

Le Grand Hôpital de Charleroi regroupe aujourd’hui 6 sites hospitaliers, 3 centres de consultations et différents services d’aide.

En tout, il représente plus de 4500 personnes toutes spécialités et métiers confondus. Il est le deuxième plus gros employeur de Charleroi.

Les 6 sites du GHdC sont spécialisés suivant une logique de pôles de soins. Cela permet de regrouper les activités médicales et de clarifier la fonction de ces différents sites mais surtout de pouvoir pratiquer une médecine de pointe.

De par sa taille, le Grand Hôpital de Charleroi est le plus grand hôpital privé de Wallonie. Ses activités hospitalières de pointe et la compétence de ses spécialistes en font un hôpital unique. Il offre une prise en charge optimale et de qualité pour une large gamme de pathologies et de traumatismes.

En 2022, les 6 sites seront rassemblés au sein d’un Nouvel Hôpital sur le site des Viviers, à Gilly. Les nouvelles infrastructures s’intègreront dans un vaste parc vert, offrant un meilleur confort aux patients et permettant de regrouper nos expertises en un centre de soins de nouvelle génération. Un vaste campus santé intégré avec l’hôpital en son cœur, au service de sa région.

Avec ce colloque comme base de réflexion, le Grand Hôpital de Charleroi s’associe à Gembloux Agro-Bio Tech pour penser l’hôpital de demain à travers le prisme de la biodiversité. Pour offrir aux patients tous les bénéfices d’un environnement vert et sain.

facebook
google+
linkedin
twitter
La Faculté Gembloux Agro-Bio Tech (ULg)

La Faculté Gembloux Agro-Bio Tech (ULg)

Faculté à la pointe du développement durable et de l’éco-innovation, de la parcelle au consommateur, Gembloux Agro-Bio Tech (ULg) se consacre exclusivement aux sciences agronomiques et à l’ingénierie biologique.

Elle forme des bioingénieurs grâce à un programme complet en cinq ans. Quatre filières d’étude distinctes permettent aux étudiants de se spécialiser dans des domaines clés des sciences du vivant : sciences et technologies de l’environnement, la gestion des forêts et des espaces naturels, les sciences agronomiques, la chimie et les bioindustries.

Ces spécialisations préparent les étudiants à gérer la bio-industrie de demain, à utiliser les biotechnologies, les agromatériaux et les biocarburants, à analyser les problèmes des eaux, des sols, de l’air, à gérer les ressources naturelles, à épurer, dépolluer, à mettre au point de nouveaux médicaments et de nouvelles formes d’aliments, etc.

Gembloux Agro-Bio Tech (ULg) offre également une formation complète en architecture du paysage, organisée en partenariat avec la Haute-Ecole Charlemagne et la Faculté d’architecture de l’ULB (La Cambre Horta).

Intégrée à l’Université de Liège depuis le 1e octobre 2009, Gembloux Agro Bio Tech (ULg) est une faculté à taille humaine, ouverte sur le monde et dont la qualité de l’enseignement et l’excellence des recherches sont réputées internationalement depuis plus de 150 ans.

facebook
google+
linkedin
twitter

Revoir

150 personnes sont venues assister au premier Colloque BiodiverSanté, le 27 mai 2016. Retrouvez ici toutes les présentations des orateurs.

Compte tenu de la densité du programme, peu de place a été réservée aux questions-réponses. Si vous voulez contacter un orateur ou avez une question générale, nous vous invitons à remplir le formulaire de contact du site.

Intervenants

Cliquez sur les photos pour découvrir les orateurs invités du colloque BiodiverSanté.

Haissam Jijakli

Haissam Jijakli

Haissam Jijakli est Professeur d’Agriculture urbaine et de Phytopathologie à Gembloux Agro-Bio Tech (ULg). Il est aussi Directeur du Laboratoire de Phytopathologie intégrée et urbaine de la faculté.

Logo Gembloux Agro-Bio TechAprès plus de 20 années d’expérience à l’Université et plus de 10 ans dans le domaine du conseil ou du développement d’entreprises, l’ambition de Haissam Jijakli est de créer un lien fort entre les mondes académiques et industriels en vue de :

  • Développer et mettre en œuvre de nouvelles techniques pour l’agriculture urbaine
  • Implémenter de nouvelles techniques de contrôle des maladies utiles à l’agriculture et à l’horticulture
  • Elaborer de nouvelles recherches fondamentales et appliquées qui répondent aux besoins des producteurs
  • Enseigner les résultats de ces recherches et de leurs implémentations dans la société en tenant compte des contraintes techniques, environnementales, économiques et législatives

Haissam Jijakli est spécialisé dans les domaines suivants :

  • Développement de systèmes de production pour l’agriculture urbaine: systèmes aquaponique et hydroponiques mais aussi des conteneurs avec des substrats ou des usages professionnels et privés. Les systèmes sont situés sur le sol, ou sur le toit (avec ou sans serre) de bâtiment existant. Ils peuvent être directement intégrés dans de nouveaux bâtiments.
  • Le développement de méthodes alternatives pour lutter contre les maladies des plantes
  • Le développement du marché des biopesticides et de l’engrais biologique au Benelux (enregistrement, relation avec les distributeurs)
Grégory Mahy

Grégory Mahy

Docteur en Ecologie de l’UCL, Grégory Mahy est professeur ordinaire à Gembloux Agro-BioTech – Université de Liège. Il y enseigne la gestion de la biodiversité, ainsi qu’à l’Université Libre de Bruxelles et plusieurs institutions du sud au cours de carrière.

Logo Gembloux Agro-Bio TechIl dirige une équipe de recherche et de projets dont les thématiques comprennent : la caractérisation des mécanismes évolutifs et écologiques responsables du maintien de la biodiversité dans les paysages anthropisés et naturels et le développement de stratégies innovantes de gestion et valorisation de la biodiversité dans les écosystèmes naturels et anthropisés (carrières, milieux urbains,…).

Depuis cinq ans, il coordonne le Master Architectes Paysagistes, formation unique en Belgique. En lien avec cette formation, il développe un ensemble de projets sur le redéploiement de la biodiversité en milieux urbains aussi bien en Europe qu’en Afrique.

Sa liste de publications est consultable en suivant ce lien.

Le Dr André Bodson

Le Dr André Bodson

Le Dr André Bodson est médecin biologiste au Grand Hôpital de Charleroi. Pour le colloque, il représente le NH113, le 13ème groupe de travail de la première série de groupes préparant la création du Nouvel Hôpital GHdC sur le site des Viviers (Gilly, Charleroi).

Ce groupe a reçu mission de réfléchir au « Campus Santé », à savoir l’environnement immédiat de l’hôpital ainsi que les activités et services qui pourraient s’y développer. Le but est de proposer aux patients, à leurs proches et aux membres du personnel une expérience dépassant celle de l’acte soignant, et permettant ainsi de « vivre autrement » un site hospitalier.

GHdC-logo CMJN + texte horizontal-01Le site retenu pour la construction du Nouvel Hôpital étant de grand intérêt biologique, le GHdC a mis en œuvre une politique de préservation de la biodiversité locale (crapauds calamites, graminées rares) de cet ancien site d’extraction minière. La biodiversité est donc naturellement devenue un élément fondateur du Nouvel Hôpital et de ses abords.

Cette caractéristique particulière permettra une prise en charge améliorée des patients, un mieux-être pour le personnel, la sélection d’entreprises partenaires œuvrant de manière durable, le respect et le développement au long terme de la richesse naturelle du lieu.
En lien immédiat avec le Ravel, et au croisement de voiries structurantes, il s’agira d’une nouvelle entrée de ville – verte – pour un nouveau Charleroi.

Le groupe NH113 est l’initiateur du premier colloque BiodiverSanté, en partenariat créatif avec la Faculté d’Agronomie Gembloux Agro-Bio Tech (Université de Liège). C’est un important jalon vers cet hôpital « vert » qui débouchera probablement dans quelques années sur la création et l’utilisation d’un jardin thérapeutique.

Composition du groupe NH113 : David Van Drooghenbroeck (responsable projet Nouvel Hôpital), Florence Bertholet (médiatrice droits patients), Dominique Boulvin (responsable projets logistiques et Kanban), Mathieu Bakolas puis Grégory Chevalier (gestionnaires de performance), André Bodson (médecin biologiste), Javier Carrasco (médecin oncologue), Fabien Chenot (médecin cardiologue), Vincent Reynders (coordinateur paramédical, médecine physique), Thierry Van Drooghenbroeck (médecin radiologue).

Laura Innocenti

Laura Innocenti

Laura Innocenti est responsable du programme Culture et Santé à l’Institut Bergonié, le Centre Régional de Lutte Contre le Cancer (CRLCC) de Bordeaux et du Sud-Ouest. Ce Centre a fêté ses 90 ans d’existence en 2014 et porte le nom de son fondateur, Jean-Alban Bergonié, pionnier de l’approche pluridisciplinaire de la lutte contre le cancer.

Impression

L’Institut Bergonié est un centre de cancérologie très important (2014 : > 6500 patients en cours de traitement, > 54000 consultations/an, 42000 journées d’hospitalisation, 13000 chimiothérapies en hôpital de jour). Bergonié est également un lieu d’enseignement (médical, infirmier), notamment en partenariat avec l’Université de Bordeaux, et développe une importante activité de recherche dans le domaine de la cancérologie.

Depuis plusieurs années, un jardin aménagé au cœur de l’hôpital permet aux patients, à leur famille et aux soignants de bénéficier d’un espace de verdure fort apprécié et fréquenté.

L’Institut a développé un département médical de support aux patients : le DISSPO-CARE (Département Interdisciplinaire de Soins de Support pour le Patient en Oncologie – Coordination, Accompagnement, Réhabilitation et Education), coordonné par les Docteurs Fabrice Lakdja et Ivan Krakowski. Au sein de ce département ont été développées des activités « Culture et Santé ». Il s’agit de la déclinaison locale d’un programme national initié par les Ministères de la Santé et de la Culture en 1999, fondée sur le partenariat entre l’hôpital et des acteurs culturels régionaux. Cette ouverture à de nouveaux espaces de coopération apporte une dimension plus humaine à l’acte thérapeutique, et inscrit l’hôpital pleinement dans la cité.

Les sessions des « Échappées Culture et Santé, rendez-vous au jardin » permettent ainsi à l’hôpital d’accueillir et de collaborer avec l’Opéra National de Bordeaux, le Conservatoire de Bordeaux, la compagnie de danse Yma, ou encore l’Artothèque de Pessac. Le jardin joue un rôle important pour donner aux activités un cadre de verdure apaisant.

Pour une information plus complète des activités « Culture et Santé » à l’Institut Bergonié, c’est par ici.

Bernard Capelle

Bernard Capelle

Bernard Capelle a créé le bureau d’étude « Landscape Design Partnership » (LDP) en 1993. LDP explore et stimule d’un œil contemporain les relations entre l’homme et son espace de vie, sous toutes ses formes, en y ajoutant de la valeur.

Landscape DesignL’éventail de compétences de LDP est large et embrasse des projets aussi variés que l’aménagement de jardins privés, la rénovation de sites, la création d’espaces verts urbains, l’étude de potentialité touristique. Ceci, tant au niveau de la conception que de la réalisation et du suivi du projet réalisé. Landscape Design Partnership maîtrise particulièrement la création, l’entretien et la rénovation de toitures vertes.

L’architecture du paysage est devenue une discipline majeure pour la protection des ressources naturelles et la mise en opération de stratégies permettant d’atténuer le réchauffement global, de développer des habitats pour les espèces en danger et de minimiser l’empreinte écologique de l’espèce humaine.

Bernard Capelle est aussi secrétaire général de la International Federation of Landscape Architects (IFLA Europe).

Plus d’informations sur le site de Landscape Design Partnership.

Christophe Thoreau

Christophe Thoreau

Christophe Thoreau est licencié en criminologie et agrégé de l’enseignement de type court en sciences humaines. Il est enseignant à la HELHa (Haute Ecole Louvain en Hainaut) depuis 2010. Christophe Thoreau travaille dans le champ des assuétudes depuis 21 ans (éducateur de rue, éducateur, responsable de projet et membre de la direction de Trempoline depuis 2006). Il est Directeur général de Trempoline depuis début 2012.

TrempolineFondée en 1985, la communauté thérapeutique Trempoline ASBL a comme finalité d’accompagner les personnes souffrant d’assuétudes vers l’autonomie et la (ré-)insertion dans la société.
Les objectifs portent vers la personne concernée (amélioration de l’état physique et psychologique, meilleure connaissance de soi, réinsertion), vers la famille et l’entourage (soutien et récupération de lien), vers la prévention (information au sein des établissements scolaires).

Ces objectifs s’atteignent via des chemins divers adaptés à la situation de la personne en souffrance : suivi ambulatoire, programme résidentiel pour personnes isolées, mais aussi pour maman ou papa avec enfant (Kangourou), programme spécifique aux personnes en rechute (Horus), suivi familial, suivi de personnes bénéficiant de mesures judiciaires alternatives (Alter Ego), suivi ambulatoire spécifique pour les mineurs et jeunes adultes (Quai Jeunes), service de prévention des assuétudes (Re-Sources), service social.

Le grand espace vert disponible sur le site de Trempoline est utilisé pour le développement de compétences horticoles (s’inscrivant dans la démarche globale du programme résidentiel).
Trempoline cristallise aussi des partenariats locaux, régionaux, nationaux, voire internationaux qui permettent un partage d’expériences, des formations croisées et une activité importante de recherche et développement.

Plus d’informations sur le site de Trempoline.

Gaëtane Dermond, Charlotte Lefebvre et Guy Pecquereau

Gaëtane Dermond, Charlotte Lefebvre et Guy Pecquereau

Gaëtane Dermond est ergothérapeute, Charlotte Lefebvre est infirmière, Guy Pecquereau est kinésithérapeute. Ils travaillent tous à l’Hôpital psychiatrique Saint-Jean-de-Dieu.

acis pngMais, surtout, ils sont les créateurs du jardin « l’accueil des sens » de leur hôpital, un des tout premiers jardins thérapeutiques de notre pays : il fut ouvert en 2005, après un voyage épique qui leur permit de convaincre leur Direction de la pertinence du projet !

Ils surnomment aussi leur jardin « le jardin snoezelen », du nom d’une pratique thérapeutique abordant les patients dans leur globalité. Il s’agit donc d’une approche qui recouvre simultanément plusieurs démarches cohérentes : corporelle, humanisante, (multi-)sensorielle, capacitaire, émotionnelle.

Ouvert par trois accès différents au sein du grand espace vert de l’hôpital, le jardin ne donne jamais une impression d’enfermement, tout en baignant le visiteur dans d’agréables sensations d’intimité et de chaleur. La surface est d’environ 15 ares.

A côté des aménagements paysagers thématiques de ce jardin (l’eau, la terre, l’air et le feu), se développe une activité potagère, mise également à profit dans les soins aux patients.
Les gîtes et abris pour les insectes et la grande variété des plantes présentes contribuent à rendre ce jardin plein de vie et de biodiversité. L’atelier d’ergothérapie fournit de nombreuses réalisations de céramique qui contribuent à la décoration de ce merveilleux endroit.

Le jardin s’ouvre aussi sur l’extérieur de l’hôpital : l’accueil des familles est encouragé, les visiteurs professionnels sont bienvenus et une bourse annuelle aux plantes (en mai) est ouverte à tout public intéressé.

Bas Smets

Bas Smets

Bas Smets est ingénieur, architecte et paysagiste. Il s’est spécialisé dans la conception de stratégies paysagères et la réalisation d’espaces publics. À travers une lecture méticuleuse du territoire, ses projets révèlent des paysages visibles mais pas encore perçus. Les projets comprennent toutes les échelles, des stratégies territoriales aux paysages d’infrastructure, des parcs très étendus aux jardins privés, des centres-villes aux décors de cinéma. Il collabore régulièrement avec des architectes, des artistes et des scientifques. C’est à son bureau qu’est confié le projet paysager de la nouvelle implantation du Grand Hôpital de Charleroi, sur le site des Viviers (Gilly, Charleroi).

Bureau Bas SmetsIl a établi ses bureaux à Bruxelles en 2007 et travaille depuis dans une dizaine de pays. Ses projets réalisés comprennent l’aménagement du centre-ville d’Ingelmunster en Flandre, les jardins du centre de création PMQ à Hong Kong et le Sunken Garden à Londres. Plusieurs de ses grands parcs sont en cours de réalisation : le parc de Tour & Taxis à Bruxelles, le parc Tweewaters à Louvain, et le parc du Musée national Estonien à Tartu.

Il est lauréat d’un grand nombre de concours internationaux, tels que la place de la gare à Roulers, le Parvis de Saint-Gilles à Bruxelles et les espaces extérieurs du nouveau quartier de la Chapelle Internationale à Paris. Bas Smets a développé une série de visions territoriales à long terme pour Bruxelles 2040, Lyon Part Dieu, Bordeaux 55.000 ha pour la Nature, Paris la Défense Est et Lille 2030. Il a récemment contribué à de grands projets d’infrastructure et a été retenu pour la conception du paysage de la nouvelle autoroute entre Bruges et Knokke, ainsi que pour la conception de l’aménagement urbain autour de la nouvelle écluse à Harelbeke.

En complément de ces missions publiques, il construit un jardin privé par an. Depuis 2009, il travaille sur le Parc des Ateliers à Arles en France, où il conçoit le parc et les espaces publics autour du nouveau centre d’art et de recherche développé par Frank Gehry pour la Fondation Luma. En 2011, il a conçu les paysages pour le décor du flm “Continuously Habitable Zones” de Philippe Parreno.

Bas Smets est titulaire d’un master en Architecture et en Génie Civil de l’Université de Louvain ainsi que d’un master en Paysage de l’Université de Genève. Il a enseigné à l’École d’Architecture de La Cambre à Bruxelles et à l’École Spéciale d’Architecture à Paris. Il intervient régulièrement dans des institutions internationales parmi lesquelles la Graduate School of Design de l’Université d’Harvard, l’École Polytechnique Fédérale de Lausanne et le Pavillon de l’Arsenal à Paris. En 2008, il a été lauréat des Nouveaux Albums des Jeunes Architectes et des Paysagistes, remis tous les deux ans par le Ministère français de la Culture.

Plus d’informations sur le site du Bureau Bas Smets.

Simon Alexandre

Simon Alexandre

Simon Alexandre est depuis 2013 General Manager et Partner de The Faktory. Il est titulaire d’un master en histoire (UCL, 1999) et en sciences informatiques (UNamur, 2001).

De 2001 à 2008, il a été chercheur en « software engineering » au CETIC, avant d’en devenir le Directeur Général de 2008 à 2013. Le CETIC (Centre d’Excellence en Technologies de l’Information et de la Communication) est un centre de recherche appliquée développé par la Faculté Polytechnique de Mons, l’Université de Namur et l’Université Catholique de Louvain).

Il a également été co-fondateur de NEST’up (accélérateur de start-up) et de CareSquare (spin-off issue du CETIC, dédiée à la valorisation des technologies e-health.

TheFaktory

« The Faktory », structure privée créée et présidée par l’entrepreneur belge Pierre L’Hoest – fondateur de EVS Broadcast Equipment, entreprise leader mondial spécialisée dans la fabrication de serveurs vidéo – est à la fois un accélérateur pour start-ups de haute technologie et le fonds d’investissement concomitant.

L’objectif de The Faktory est de permettre à de jeunes entrepreneurs ou inventeurs de technologies novatrices, de développer leur projet jusqu’au stade de la production industrielle. Les secteurs visés sont des domaines de niche (ICT, santé, media, broadcast,…) avec l’ambition d’y conquérir le leadership mondial. Avant d’être retenus, les projets sont longuement étudiés, avec analyse en profondeur du contexte, de la concurrence, du potentiel de croissance, de la création d’emplois, de l’impact environnemental. L’accompagnement peut durer jusqu’à deux ans.

The Faktory s’installera bientôt dans un nouveau site (à Liège) qui combinera les espaces d’accueil pour les start-ups avec une zone dédiée à la biodiversité et l’agriculture urbaine, permettant ainsi aux entreprises en incubation d’intégrer aux projets les notions de design, d’architecture, d’écosystème.

Hans Keune

Hans Keune

Titulaire d’un doctorat en sciences sociales et politiques (Université d’Amsterdam), d’un PhD en sciences de l’environnement (Antwerpen, 2012), et en poste à l’Instituut voor Natuur- en Bosonderzoek (INBO, l’Institut Flamand de recherche et de connaissance pour la nature et le développement durable), Hans Keune est membre de la Belgian Biodiversity Platform.

La Belgian Biodiversity Platform, créée en 2001, est un office fédéral belge qui fait interface entre science et politique (BelSPO) et fonctionne en coopération avec les autorités Fédérales Belges. Son objectif premier est d’apporter aux scientifiques des informations neutres et crédibles relatives à tous les aspects de la biodiversité.

L’équipe de la plate-forme est pluridisciplinaire et composée de scientifiques en poste dans différentes institutions de recherche fédérales et régionales (pour plus d’infos sur les nombreux services dispensés par la plate-forme, voir le site www.biodiversity.be).

Belgian Community of Practice on Biodiversity and HealthAu sein de la Belgian Biodiversity Platform, Hans Keune est fondateur et coordinateur de la Belgian Community of Practice on Biodiversity and Health, créée en 2011 à la suite de la conférence « Belgian Biodiversity & Health » organisée par la Belgian Biodiversity Platform.

Les thématiques abordées par la Belgian Community of Practice on Biodiversity and Health constituent le cœur des préoccupations plus récentes de Hans Keune, et motivent particulièrement sa participation au Colloque BiodiverSanté. La lecture du document disponible via ce lien (research brief) publié en 2014 en atteste.

Hans Keune est impliqué dans plusieurs projets de recherche internationaux. Au niveau européen, citons les projets SPIRAL (interfaces science-politique dans le domaine de la biodiversité), OpenNess (projet de services écosystémiques), CITI-SENSE (engagement citoyen dans le monitoring de la santé environnementale et de la qualité de vie dans les villes). Il est aussi membre associé de NAXYS (recherche dans le domaine des systèmes complexes, Université de Namur), collaborateur de la Universiteit Antwerpen ou encore membre de HENVINET (Health and Environment Network).

Hans Keune représente la Belgique auprès de nombreuses institutions internationales. Soulignons entre autres l’Intergovernmental Platform on Biodiversity and Ecosystem Services (IPBES), l’organisation européenne Mapping and Assessment of Ecosystems and their Services (MAES), ou encore le groupe Paris Risk Group qui se focalise sur le rôle des sciences sociales dans le domaine de la gouvernance du risque, en particulier dans le champ de la santé environnementale.

Il est auteur ou coauteur de nombreuses publications et présentations, en Belgique et à l’étranger, comme « Ecosystem Services, Global Issues, Local Practice », et « Science-policy challenges for biodiversity, public health and urbanization : examples from Belgium ».

Plusieurs ouvrages auxquels il a contribué et qui sont consacrés aux rapports entre biodiversité et santé sont en cours de parution (2015-2016).

Martine Laffon

Martine Laffon

De formation philosophique, Martine Laffon a publié de nombreux livres tant pour adultes que pour enfants traduits dans plusieurs pays. Elle s’est intéressée plus particulièrement aux représentations culturelles de l’enfance, de la médecine, des jardins, des monstres et des cartes géographiques à travers leur socle commun et leurs différences, leurs épopées et leurs mythologies.

Elle a dirigé pendant plusieurs années des collections de philosophie pour adolescents aux éditions Seuil, adaptant en français le best seller mondial Le monde de Sophie.

Martine Laffon est conseillère éditoriale en culture et religion chez Bayard depuis dix ans. Elle travaille actuellement à un nouveau roman après celui sur les travailleurs chinois pendant la grande guerre, Souviens toi de moi, édité chez Flammarion Jeunesse.

Hugues Sirault

Hugues Sirault

Hugues Sirault est architecte paysagiste, administrateur du bureau d’études ARCEA et Maître Assistant en Master en Architecture du paysage HECH/ULg/ULB, à Gembloux.

Actif depuis plus de vingt ans dans la construction des paysages, il œuvre aujourd’hui au sein de son bureau d’études ainsi que dans l’enseignement pour la reconnaissance du paysage comme bien commun et comme « produit » des actions combinées de l’homme et de la nature (au sens de la Convention européenne du paysage), en soutenant que les paysages que nous vivons sont multiples et variés, qu’ils sont le fruit d’une histoire et le siège de nombreuses interactions ; et qu’ils se déclinent sur des modes divers selon les sensibilités en jeu. Comprendre ces paysages, pour ensuite les aménager, c’est créer les conditions d’avenirs durables.

ARCEA (Art et Compétence en Environnement et Aménagement du territoire) est un bureau d’études actif dans les domaines de l’aménagement du territoire et de l’urbanisme, de l’environnement et de l’énergie, du paysage et de l’architecture.

arceaARCEA est donc actif dans des domaines extrêmement variés : citons entre autres, des schémas de structures communaux, des Plans Communaux d’Aménagement, des études d’incidences de projets divers sur l’environnement, les règlements communaux d’urbanisme, les permis d’urbanisation, les audits environnementaux et les permis uniques, la caractérisation et l’assainissement des sols, les Plans Communaux de Développement de la Nature, des aménagements urbains, ou encore l’aménagement et la gestion d’espaces verts (parcs, réserves naturelles, RAVeL,…).

Contact

Tél. 071 10 52 52

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Sujet

Votre message